La tuile terre cuite s’invite dans les projets d’architecture contemporaine

Photo : Dominique Tessier et Associés Atelier d’Architecture

Matériau traditionnel s’il en est, la tuile terre cuite n’est pourtant pas cantonnée à des projets patrimoniaux. Parfaitement adaptée aux ouvrages contemporains, elle se joue de la tradition et la voilà qui habille les toits comme les façades.
Focus sur les résultats du concours La tuile terre cuite Architendance, créé et organisé par la Fédération française des tuiles et briques (FFTB) pour exposer la modernité de la tuile. L’édition 2016 a récompensé sept projets à retrouver dans ces pages.

« La contemporanéité de la tuile terre cuite s’exprime dans la mise en œuvre. »

Interview de Dominique Tessier, architecte, président du Réseau des maisons de l’architecture, président du jury du concours La tuile terre cuite Architendance 2016

5façades : En quoi la tuile terre cuite est-elle contemporaine ?

Dominique Tessier : En architecture, la question ne se pose pas de cette façon. Ce n’est pas le matériau qui exprime la modernité, c’est la manière dont il est utilisé. Les tuiles terre cuite évoluent, elles intègrent de nouvelles performances, les industriels en proposent des modèles inédits, la mettent en valeur avec des produits revisités comme les tuiles vernissées… Mais la contemporanéité est ailleurs. Elle s’exprime dans la mise en œuvre. À ce titre, le Grand Prix du Jury, la maison de santé de Vézelay, de Bernard Quirot, est exemplaire. Ici, la tuile retenue est une tuile plate traditionnelle. On pourrait dire qu’elle n’a rien de contemporain. Et pourtant, elle participe à l’insertion de ce bâtiment contemporain dans son environnement.

5façades : Y a-t-il d’autres raisons d’utiliser la tuile terre cuite ?

La possibilité d’utiliser le maté­riau en rampants et de créer des continuités en façade, à la verticale, est particulièrement intéressante. C’est un matériau léger et modulaire, qui permet de réaliser quantité de compositions (dessins, calepinages…). Il y a une vraie richesse d’aspect lorsqu’il est employé en finition d’isolation par l’extérieur, en brise-soleil, comme sur le projet de Patrick Mauger, la réhabilitation et extension de l’université de Pau et Pays de l’Adour.

5façades : Plus globalement, qu’avez-vous pensé des projets des lauréats ?

On ne peut pas en placer un devant l’autre. Ce qui est fascinant, c’est la multiplicité d’usages de la tuile dans ces projets architecturaux. Nous avons primé des projets d’une grande variété. Il n’y a pas de figure de style imposée, chacun se sert de la tuile à sa manière.
Ce qui montre qu’elle s’adapte à des configurations très diverses.

Propos recueillis par Stéphane Miget


Photo : Frédéric Miette

La tuile terre cuite Architendance – Palmarès 2016 – CATÉGORIE TERTIAIRE
1er prix : Atelier d’Architecture Philippe Prost (AAPP)

Doc : AAPP

Centre d’interprétation de l’habitat et du paysage minier (Pas-de-Calais)
C’est sur un site inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco, la Cité des électriciens, que s’implante ce nouveau bâtiment muséographique dédié à l’habitat et au paysage minier. L’édifice, tout en longueur et situé à la place exacte d’un des baraquements construits en 1910 puis démoli dans les années 60, réactive une zone appartenant à l’histoire du lieu. Son implantation participe au cadrage des vues, d’un côté sur le lointain terril, de l’autre sur la cité elle-même. Si le bâti s’inspire de la typologie de l’existant pour mieux s’intégrer à la cité, il en propose aussi une réécriture contemporaine, tant dans les volumes, les rythmes et les matériaux. Ainsi, on retrouve le gabarit du coron central avec le traditionnel toit à deux pentes, mais les murs de refends transversaux s’effacent au profit des failles vitrées continues du mur au plafond. Toujours dans un souci d’intégration, les matériaux phares du site – terre cuite et bois – sont mis en œuvre en proportions inverses : ossature bois en lamellé-collé et vêture de tuiles plates émaillées de couleur rubis. Très utilisée dans le Nord notamment pour des motifs décoratifs, la tuile vernissée permet de conjuguer formes traditionnelles et contemporaines. Elle rappelle la brique omniprésente localement, tout en se différenciant par la couleur et les reflets de l’émail. « Nous souhaitions un matériau vibrant et réfléchissant les variations de la lumière du Nord. Cette vibration émane des nuances de rouge dues à la cuisson et au travail à la main », explique Philippe Prost. Lequel salue « le travail exceptionnel et la pose très subtile des couvreurs de la société Carré René ». Sans oublier leur participation active à la recherche de solutions pour mener à bien ce projet qui est ce qu’il est également grâce à eux.

Maîtrise d’ouvrage : Artois Comm
Architecte mandataire : Atelier d’Architecture Philippe Prost (AAPP)
Type de tuile : tuile Patrimoine Émaillée, Aléonard

Photo : Didier Boy de la Tour

La tuile terre cuite Architendance – Palmarès 2016 – CATÉGORIE TERTIAIRE
2e prix : ARCHITECTURE PATRICK MAUGER

Doc : Architecture Patrick Mauger

Extension et restructuration des locaux de recherche de l’université de Pau et des Pays de l’Adour (Uppa Pyrénées-Atlantiques)
Réunir deux entités de recherche au sein de l’université de Pau par une extension accolée au bâtiment principal de la faculté. Le tout en préservant et prolongeant l’identité visuelle des façades existantes, rythmées par des bandeaux horizontaux habillés de plaquettes de terre cuite rouge flammé caractéristiques de l’architecture de Grésy. « Les nouveaux bâtiments devaient prendre en compte cet héritage », souligne l’architecte, Patrick Mauger. Traduction : nouvelles façades, nouveaux bandeaux, lesquels reprennent l’alignement des existants. Contrairement à ces derniers qui, couverts à 100 %, protégeaient de l’ensoleillement, ceux-là sont perforés à 37 % et laissent ainsi pénétrer la lumière naturelle. Un jeu plus ou moins dense de pleins et de vides qui est obtenu par le panachage de 17 500 tuiles non émaillées en rouge flammé et de 8 000 tuiles émaillées, déclinées en bleu, rouge, jaune et ocre jaune. Supports des tuiles et fixées à la structure béton, les consoles, constituées de profils métalliques en acier galvanisé, offrent une réinterprétation moderne des casquettes existantes. Outre le parement de bois bakélisé (Trespa) de trois couleurs différentes protégeant la structure, le vitrage émaillé, de type Emalit, se décline en trois teintes aléatoires, participant pleinement à l’animation subtile de la façade. Tampon thermique en hiver, la façade sud présente, quant à elle, un vitrage toute hauteur à contrôle solaire, habillé de stores extérieurs occultants, verticaux et blancs.

Maître d’ouvrage : université de Pau et des Pays de l’Adour
Maîtres d’œuvre : Architecture Patrick Mauger, architecte mandataire ; Bertrand Perreaux, chef de projet (études et chantier) ; Ludovic Le Bras, assistant (études) ; SCPA Bidegain & De Verbizier, architectes d’opération
Type de tuiles : modèle Aleonard Koramic, Wienerberger

Photo : Clément Guillaume

La tuile terre cuite Architendance – Palmarès 2016 – CATÉGORIE COLLECTIF
1er prix : AUGUSTIN FAUCHEUR

Doc : Augustin Faucheur

Vingt logements intermédiaires H&E à Bernes-sur-Oise (Val d’Oise)
Tout d’abord, le décor. Soit une zone pavillonnaire peu dense implantée sur une parcelle tout en longueur, au cœur d’une végétation naturelle peu entretenue. C’est dans ce cadre végétal que devait s’insérer le projet, tout en respectant les règles d’urbanisme et en affichant une identité contemporaine. Ces vingt logements sont répartis sur cinq plots en R + 1 + combles, avec entrées individuelles, venelles et noues paysagères au nord, et succession de jardins privatifs au sud. La brique claire, retenue pour habiller les façades, lui confère une silhouette très minérale en harmonie avec le paysage. Outre la disposition des façades plus ou moins en retrait et les terrasses en R + 1 ouvrant des vues en diagonale, les différents types de toitures participent au rythme tout en élégance de l’ensemble. Ainsi, on trouve des toitures à simple pente (30 %), dont les tuiles plates de teinte sombre allient le contexte pavillonnaire du site et la signature moderne, et des toitures-terrasses non accessibles, de faible hauteur. Le traitement des ouvertures contribue, lui aussi, au rythme général. Ainsi, au nord, des baies avec allèges hautes appuient le caractère privatif des pièces ; au sud, des baies toute hauteur accueillent la lumière naturelle. Plus rares à l’est mais soulignant d’autant la pureté des volumes, elles s’effacent totalement à l’ouest, laissant les façades aveugles et cédant la place à des châssis derrière des moucharabiehs de brique.

Maîtrise d’ouvrage : Opievoy
Architecte mandataire : Augustin Faucheur
Chef de projet : Isabelle Boury
BET TCE : Arcadis
Type de tuile : Santenay coloris ardoisé, Terreal

Photo : Stéphane Chalmeau

La tuile terre cuite Architendance – Palmarès 2016 – CATÉGORIE LOGEMENT COLLECTIF
2e prix : Agence Taillandier Architectes Associés

Photo : Stéphane Chalmeau

Villas Florentine : programme de 25 appartements et de 8 maisons de ville à Saint-Jory (Haute-Garonne)
Restituer la mémoire du site maraîcher, tel était l’objectif de ce programme de quatre petits collectifs d’un étage seulement, regroupant 25 appartements et huit maisons de ville. Disposé en lanières, l’ensemble offre une grande diversité de façades et des volumétries en accord avec l’environnement existant. Les balcons et loggias, de belles proportions, ouvrent sur des espaces paysagers et aménagés. Au chapitre matériaux, le dialogue entre l’enduit, le métal et la terre cuite impose une écriture contemporaine dans le respect du bâti environnant. Traversant la parcelle du programme, une coulée verte établit la connexion entre les habitations voisines. « Le tissu urbain environnant est constitué de maisons individuelles avec toitures en tuiles traditionnelles à deux pentes. Le projet redessine cette volumétrie dans une approche plus contemporaine », souligne l’architecte, Pierre-Louis Taillandier. Les différents modules apportent mixité et diversité de formes sur le site. La tuile en encastrement, utilisée en toiture, joue autant la carte de la modernité que celle du respect du contexte architectural.

Maître d’ouvrage : Acantys Réalisations
Maître d’œuvre : Agence Taillandier Architectes Associés
Types de tuiles : modèles double canal Languedoc et DCL
Vieux Pays, à doubles emboîtement et recouvrement, Terreal

Photo : LAP architectes

La tuile terre cuite Architendance – Palmarès 2016 – CATÉGORIE MAISON INDIVIDUELLE
1er prix : LABORATOIRE ARCHITECTURES ET PAYSAGE

Longère contemporaine en bois à Charly d’Andilly (Haute-Savoie)
Charly, un petit village entre Genève et Annecy, face au massif de La Tournette, entre la fin du Jura et les Alpes. C’est dans ce cadre que les architectes Jaouen Pitois et Samir Ellouzi ont réalisé cette longère en bois, sur une parcelle pentue de 1 000 m2. De facture très contemporaine, l’ensemble est pourtant en totale harmonie avec la chapelle classée Monument historique, notamment grâce à la tuile terre cuite de la toiture à double pente. Composante obligatoire dans cet environnement sauvegardé, elle joue l’accord parfait avec la zinguerie, toutes deux déclinées dans la même teinte anthracite. À l’est, le dessin de la toiture, en aile d’avion, apporte légèreté et dynamisme à l’ensemble. Encaissés, les chéneaux contribuent à lui donner une forme épurée. La pose des tuiles est à joint croisé de droite à gauche, sur liteaux. Entre autres points singuliers, la jonction entre façade et toiture a été gérée par une sous-face avec panneaux bois 3 plis, rives en bois avec recouvrement en zinguerie, faîtage en zinguerie pliée. Harmonie toujours, avec les menuiseries bois/alu de la même teinte que les tuiles (Ral 7021). Respectant l’esprit de la longère, maison et garage forment un seul et unique volume, avec « une implantation très basse et une interaction intense avec le jardin », précisent les architectes. Les façades sud et ouest ont reçu un enduit à la chaux dont la teinte claire rappelle la pierre de la chapelle. Les façades nord et est sont habillées, quant à elles, d’un bardage en mélèze, avec des planches non délignées, disposées à la verticale sur fixations invisibles.

Maître d’ouvrage : privé
Maître d’œuvre : Lap
Type de tuiles : modèle Signy de Monier
Coopérative d’entreprises : Tout Habitat

Photo : Hervé Abbadie

La tuile terre cuite Architendance – Palmarès 2016 – CATÉGORIE MAISON INDIVIDUELLE
2E PRIX : SML architectes (Clémence Éliard et Marc Sirvin) en collaboration avec Laurent Malraux

Extension maison individuelle à Viroflay (Yvelines)
Intégrer une extension au reste du bâti en évitant l’ « effet verrue » n’est pas la plus simple des problématiques. Concernant ce pavillon typique des années 1920, les architectes Clémence Éliard et Marc Sirvin (agence SML) et Laurent Malraux se sont servis de l’existant pour imaginer un prolongement sur deux niveaux, très contemporain et simple dans sa forme. La jonction entre les deux parties est assurée par un égout en zinc. « Sa peau est une réinterprétation de la toiture traditionnelle », expliquent les architectes. Ainsi, façades et toiture ont été habillées de tuiles plates émaillées à recouvrement et emboîtement, déclinées en de grands formats et différentes couleurs, lesquelles rappellent les colombages rouges et les teintes grises et noires du pavillon. Sélection des tuiles et coloris, épaisseur, calepinage, tout a été pensé avec finesse.
« Le calepinage a déterminé les dimensions des ouvertures afin de limiter les découpes inesthétiques… Les tuiles sont disposées selon un dessin en pixels. » Simple en apparence, ce dessin est en fait très travaillé. Il offre un dégradé qui part du plus foncé en pied de façade pour s’éclaircir progressivement et se terminer avec une couleur grise unique en limite de couverture. Tout aussi minutieuse et complexe, la mise en place des tuiles en façade et en continuité de la couverture. La pose à joint croisé nécessite une gestion délicate des angles : « Notre client voulait, en plus, des angles à joint vif, sans accessoire. » Pour obtenir des découpes aux angles propres et esthétiques, chaque tranche de tuile a été repeinte dans sa couleur. Le souci du détail !

Maître d’ouvrage : privé
Maîtres d’œuvre : Clémence Éliard et Marc Sirvin – agence SML – en collaboration avec Laurent Malraux
Types de tuiles : modèles émaillés rouge carmin, rouge Amsterdam, gris Londres et noir fusain, de Terreal

Photo : Luc Boegly

La tuile terre cuite Architendance – Palmarès 2016 – GRAND PRIX DU JURY :
BQ+A – Bernard Quirot Architecte + Associés

Photo : Luc Boegly

Maison de santé à Vézelay (Yonne)
Situé dans un des plus beaux villages de France, à Vézelay, dans l’Yonne, cet ensemble d’édifices composant la nouvelle maison de santé flambant neuve devait s’inscrire dans ce périmètre classé au patrimoine mondial de l’Unesco et éviter tout hiatus avec l’environnement. Façades et toitures ont donc fait l’objet d’une réflexion toute particulière de manière à préserver la continuité du paysage, tout en offrant une approche contemporaine. La tuile s’avère être une composante d’une démarche globale qui s’« inscrit dans le respect du lieu, de l’histoire, d’un site naturel », explique Pierre Jonnard, président de la FFTB. Ainsi, les toits se couvrent de petites tuiles plates en terre cuite, dont les teintes panachées évoquent celles des autres bâtisses, plus anciennes. Une juste intégration et cohérence architecturale obtenues également dans le choix des matériaux en façade, à savoir du pin Douglas non traité : la couleur grisée fait écho à la pierre omniprésente dans le village. « Les qualités exceptionnelles du site de Vézelay ont inspiré notre projet », explique Fabien Drubigny, architecte, chef de projet (agence BQ+A). Ce respect du lieu, qui a sous-tendu le projet, s’exprime dans l’architecture même des ouvrages. L’ensemble de plusieurs bâtiments fractionnés qui ont chacun leur fonction se révèle à l’échelle du tissu urbain de la commune. Les façades sont marquées par une répétition d’une même travée de charpente sur des bâtiments en forme de parallélépipèdes, coiffés des fameuses tuiles disposées sur une toiture à double pente.

Maître d’ouvrage : communauté de communes Avallon-Vézelay-Morvan
Maîtres d’œuvre : BQ+A – Bernard Quirot + Vichard, Lenoble, Patrono (architectes associés) ; Fabien Drubigny, architecte, chef de projet (agence BQ+A)
Type de tuile : Imerys Toiture, tuile plate pressée 17 x 27 Sainte-Foy, panachée en Rouge nuancé,
Millésime et Chevreuse (40 %/40 %/20 %)

Retrouvez l’article dans le numéro 125 de 5façades. Disponible sur Kiosque21.com >