ITE pour école

Installée dans un ancien lycée technique, au cœur de l’Ile de Nantes, l’école-collège Sainte Madeleine la Joliverie a connu de multiples agrandissements au fil des ans. Au bâtiment le plus ancien, datant de 1870, se sont ajoutées jusque dans les années 1960 des constructions en maçonnerie de briques et de parpaings enduits ou en béton banché pour former un ensemble hétéroclite. L’établissement fait l’objet d’un programme de rénovation immobilière engagé au cours des années 2010. Après la cour maternelle et son préau, c’est la réfection de l’ensemble des façades sur la cour primaire qui est entreprise en 2018. L’établissement a fait appel à l’agence d’architecture nantaise Mûrisserie d’Yves Parent et Sonia Rachdi, partenaire de La Joliverie depuis sa création en 2000. L’agence, qui compte une vingtaine de collaborateurs, travaille principalement pour des maîtres d’ouvrage institutionnels et réalise des projets de bâtiments recevant du public. Yves Parent préconise de remplacer les fenêtres existantes par des menuiseries en aluminium gris anthracite équipées de volets roulants pour améliorer l’isolation thermique et phonique. Sur les murs, par endroits fissurés, la meilleure solution pour unifier l’ensemble est d’appliquer un système d’isolation thermique par l’extérieur (ITE). Afin de réduire l’épaisseur d’isolant pour ménager le clair de vue dans les classes en évitant l’effet « meurtrière » de fenêtres très enfoncées dans les murs de façades, l’architecte opte pour le StoTherm Resol. Les plaques d’isolant Sto-Panneau Resol sont en effet constituées de mousse phénolique très performante. Son coefficient de conductivité thermique (lambda) est de 0,022 W/(m.K) quand celui du polystyrène expansé (PSE) varie de 0,031 à 0,038 W/(m.K) selon les configurations (gris ou blanc). Une épaisseur d’isolant de 12 cm sera ainsi suffisante (contre 17 à 21 cm avec du PSE), et 40 mm en tableaux des baies. En termes de finition, l’architecte souhaite voir appliquer un enduit assez lisse pour éviter son encrassement. Ce sera un enduit taloché StoSilco à base de résine siloxane. Quant au rez-de-chaussée, particulièrement exposé aux chocs dans une cour d’école, il sera revêtu sur 1,80 m de hauteur de briquettes de couleur grise. L’architecte envisage des plaquettes de terre cuite mais l’Avis Technique du système StoTherm Resol ne prévoit pas cette option. Ce sera de la briquette en résine polymère additionnée de carbonate de calcium, d’hydroxyde d’aluminium et de dioxyde de silice. Moins épaisse que la briquette en terre cuite, elle imite la brique à s’y méprendre et amortit mieux le choc si un enfant venait à s’y cogner le front.