ITE en filière sèche : des objectifs surestimés

bardage neolife

Les chiffres 2019 de l’ITE en filière sèche, donnés par le SNBVI montrent une hausse de 1 % en m2 et de 3,2 % en CA pour les parements. Les prévisions fournies en 2019 prévoyaient une progression de l’ordre de 2,5 % en m2. Le marché global de l’ITE filière sèche sous AT/DTA s’élève quant à lui entre 6 et 6,5 Mm2 réalisés en 2018. Pour Stéphane Lambert, président du SNBVI, le delta pourrait s’expliquer par un épisode climatique particulièrement pluvieux au printemps 2019, ayant eu un impact certain sur la mise en œuvre des chantiers. Par ailleurs, les professionnels de la construction font face, depuis quelques temps, à une déficit de main d’œuvre qualifiée notamment aux métiers spécifiques de l’ITE. Ce phénomène, et ce malgré des carnets de commande correctement remplis, engendre un lissage de l’activité, faute de pouvoir répondre en même temps à toutes les demandes. La différence entre les m2 et le CA pourrait s’expliquer par un constat relativement simple : le SNBVI, en tant que syndicat de filière, regroupe des membres fabricants de nombreux matériaux différents, répondant chacun à des attentes différentes de la part des prescripteurs et Maîtres d’Ouvrage. Ces matériaux s’affichent et se négocient à des prix tout aussi différents. Cette particularité peut influer sur le couple m2 /CA. Les prévisions 2020 se portaient à +1,9 % en CA et à +2,2 % en m2 avant l’émergence de la pandémie de Covid-19 :  » Naturellement, l’évènement pandémique du COVID-19 aura un énorme impact économique et contraindra indiscutablement à une révision de ces estimations », précise Stéphane Lambert.

Photo : bardage neolife