Architendance 2016 : palmarès de la tuile terre cuite

Architendance 2016

Sept lauréats ont été sélectionnés parmi les 81 dossiers concurrents de la troisième édition de La tuileterrecuite Architendance 2016. Le thème de ce concours proposé aux architectes par les fabricants réunis au sein de la Fédération française des tuiles et briques (FFTB) était de mettre en avant la tuile terre cuite de façon inattendue et originale en couverture ou en façade. Un premier et un deuxième prix ont ainsi été remis dans les catégories bâtiment tertiaire, habitat collectif, maison individuelle, ainsi qu’un grand prix spécial du jury. Cette année, un prix des étudiants en architecture a aussi été attribué sur la base d’un vote en ligne. Panorama de ces réalisations gagnantes qui établissent une nouvelle harmonie avec, ici, le cachet d’un lieu, le passé ou l’environnement, là, l’existant ou encore le voisinage.

 

Architendance 2016• Catégorie maison individuelle
1er prix
Prix des étudiants
LABORATOIRE ARCHITECTURES ET PAYSAGE
Maison individuelle à Charly (Haute-Savoie)

« La maison dans la pente » s’adapte à la topographie montagnarde de ce village situé entre Genève et Annecy. « Et pourtant, la maison et son garage ne forment qu’un seul volume uni dans l’esprit de la lingère », explique Jaouen Pitois, son architecte. L’élancement du plan de la maison perpendiculairement aux lignes de niveaux favorise une implantation basse et discrète. La toiture à double pente semble émerger du sol, au niveau de la partie haute du terrain. Les chéneaux encaissés donnent à la toiture sa forme épurée et participent à la légèreté de la construction. La tuile anthracite et la forme en aile d’avion légèrement galbée de la toiture qui pointe vers le paysage apportent dynamisme et modernité à l’ensemble. « La tuile, obligatoire dans ce secteur sauvegardé, contribue pleinement à l’écriture contemporaine de la maison », souligne l’architecte. A l’intérieur, la double hauteur partielle sous charpente génère un grand volume lumineux propice à la vie de famille ouvert sur des vues spectaculaires des massifs montagneux. « Le toit à deux pentes participe à la mise en scène intérieure », conclut Jaouen Pitois.

Photo : Jaouen Pitois

 

Architendance 20162e prix

SML (MARC SIRVIN ET CLEMENCE ELIARD) EN COLLABORATION AVEC LAURENT MALRAUX
Extension d’une maison individuelle à Viroflay (Yvelines)

« Pour cette nouvelle partie de la maison, nous avons imaginé cette peau, comme une réinterprétation de la toiture traditionnelle », expliquent les trois architectes Clémence Eliard, Marc Sirvin et Laurent Malraux. Le pavillon se situant dans une zone inscrite, les architectes des bâtiments de France ont donné leur accord pour cette extension pourtant très contemporaine. Sur ce nouveau bâtiment aux formes très simples, les tuiles émaillées, utilisées en façade, reprennent le rouge des colombages ainsi que les teintes grises et noires de la maison existante. Leur mise en place crée un effet de pixels qui semblent toujours en mouvement. Apparemment aléatoire, ce dessin a nécessité un long travail préparatoire afin que les ouvertures s’intègrent au décor. La pose des tuiles à joints croisés en façades s’est faite dans la continuité de la couverture. Un travail technique très minutieux essentiel pour créer un effet graphique parfait qui réveille et fait pétiller la façade de la maison d’origine.

Photo : Hervé Abbadie

 

Architendance 2016• Catégorie collectif
1er prix
AUGUSTIN FAUCHEUR
Vingt logements intermédiaires H&E à Bernes-sur-Oise (Val-d’Oise)

« Notre volonté était de créer un ensemble contemporain facile à vivre qui s’intègre parfaitement à la zone pavillonnaire peu dense et assez végétale », explique l’architecte Augustin Faucheur. Pari réussi pour cet ensemble de vingt logements H&E (Habitat et Environnement) dont la silhouette minérale semble se fondre dans le paysage. L’usage de briques claires pour toutes les façades permet aux bâtiments de se fondre dans la nature environnante. Mais c’est également la silhouette générale de l’ensemble, rythmée par les différents types de toitures qui participent à une impression d’épure et de tranquillité. Les toitures en pente en tuiles plates de teinte sombre rappellent le caractère pavillonnaire du site tout en affirmant la modernité des bâtiments. Le projet trouve ainsi son équilibre entre modestie et élégance.

Photo : Clément Guillaume

 

Architendance 2016

2e prix
AGENCE TAILLANDIER ARCHITECTES ASSOCIES
Villas Florentine – Programme de 25 appartements et 8 maisons de villes à Saint-Jory (Haute-Garonne)

Le programme Villas Florentine est composé de maisons individuelles et d’appartements. Une coulée verte traverse la parcelle et les relie, les connecte aux habitations voisines. « Le tissu urbain environnant est constitué de maisons individuelles ayant une toiture en tuile traditionnelle à deux pentes. Le programme Villas Florentine réinterprète cette volumétrie pour l’inscrire dans un projet plus contemporain », explique l’architecte Pierre-Louis Taillandier. Ce volume symbolique de la maison individuelle est donc étiré, contracté ou divisé. En les assemblant, ces modules créent une mixité et une diversité de formes sur le site. L’usage de la toiture de tuile en encastrement offre une architecture à la fois contemporaine et respectueuse du bâti proche. « Le volume original de la maison est recomposé, et le projet réinterprète cette volumétrie archétypale pour la conception de logements intermédiaires », complète l’architecte.

Photo : Stéphane Chalmeau

 

Architendance 2016• Catégorie tertiaire
1er prix
AGENCE ARCHITECTURE PHILIPPE PROST
Centre d’interprétation de l’habitat et du paysage minier (Pas-de-Calais)

Inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco, la Cité des électriciens est réhabilitée pour accueillir des logements ainsi qu’un nouvel équipement muséographique. Un nouveau bâtiment est également créé pour abriter le centre d’interprétation du paysage minier. « Conserver l’histoire d’un lieu, c’est aussi savoir le transformer : ainsi, afin de s’intégrer à la cité, ce bâtiment neuf s’inspire et réinterprète la typologie de ces bâtiments du quotidien », explique Philippe Prost, architecte. « Les murs de refend se retrouvent sous forme de failles vitrées continues du sol au plafond, et la tuile vernissée a été choisie comme matériau pour rappeler la brique omniprésente localement, tout en se différenciant par la couleur et les reflets de l’émail. » Les tuiles couvrent en continu les rampants de la toiture et les murs extérieurs. Une grande attention a été portée à la mise en œuvre des détails : des pièces spéciales (membrons, rives…) ont été conçues, fabriquées et émaillées pour permettre de traiter ces géométries complexes. Le procédé de fabrication a fourni un panachage naturel des tuiles selon leur émaillage, leur temps de cuisson.

Photo : Frédéric Miette

 

Architendance 2016

2e prix
ARCHITECTURE PATRICK MAUGER
Extension et restructuration des locaux de recherche de l’université de Pau et des pays de l’Adour (Pyrénées-Atlantiques)

Dans le cadre du rapprochement de deux entités de recherche au sein de l’université de Pau, une extension est rattachée au bâtiment principal de la faculté. Ce bâtiment a des façades fortement marquées par des bandeaux horizontaux recouverts de plaquettes de terre cuite rouge flammé. « Ces façades font partie de l’identité de l’université, les nouveaux bâtiments devaient prendre en compte cet héritage », explique l’architecte Patrick Mauger. En continuité des cadres de bois existants, recouverts de plaquettes de terre cuite, les façades des nouveaux bâtiments se parent de nouveaux bandeaux. Ceux-là seront perforés à 37 % là où l’existant est couvert à 100 %. Grâce à cette perforation, plus ou moins dense selon la proximité avec le bâtiment existant, la lumière entre plus généreusement à la mi-saison et en hiver. Au total, ce sont 25 000 pièces – 17 500 tuiles non émaillés et 8 000 tuiles émaillés bleues, rouges, jaunes et ocre jaune – qui créent un jeu de pleins et de vides pour animer les façades. « Ce projet offre aux usagers un lieu de vie qui prolonge l’immersion dans la nature, tout en apportant des solutions en terme de développement durable grâce au choix de matériaux biosourcés et écoresponsables », conclut l’architecte.

Photo : Didier Boy de la Tour

 

architendance 2016Grand Prix du Jury
BQ+A – BERNARD QUIROT ARCHITECTE & ASSOCIES
Maison de santé à Vézelay (Yonne)/Equerre d’Argent 2015

Pour cette maison de santé située au pied de la colline de Vézelay, les contraintes liées au périmètre classé ont fait naître un ensemble qui réinterprète sur un mode très contemporain les lignes et les couleurs de l’un des plus beaux villages de France. « Les qualités exceptionnelles du site de Vézelay ont inspiré notre projet », explique Fabien Drubigny avant de poursuivre : « Celui-ci tisse, dans un rapport étroit, les règles de la composition classique de la basilique et de ses travées avec celles, plus pittoresques, du village et de ses maisons. » Ainsi, le traitement des façades et des toitures inscrit l’ensemble dans la continuité du paysage, tant par la nature des matériaux que par leurs tonalités. Alors que le pin Douglas des façades a pris les teintes grisées des pierres locales, les toitures de petites tuiles plates aux teintes panachées fond écho à celles du village. « Geste architectural fort, d’une modernité indéniable, mais inscrit dans le respect du lieu, de l’histoire, d’un site naturel au service des hommes, le jury à immédiatement reconnu et partagé cette leçon d’architecture », conclut Pierre Jonnard, président de la FFTB.

Photo : Luc Boegly